w

L'île d'Oléron recèle de beaux monuments architecturaux, comme la Lanterne des morts, l'église de Saint-Georges, ou la citadelle du Château.
Oléron'Mag propose quelques sites de découvertes, mais cette présentation n'est pas exhaustive, d'autres églises, prieurés et même dolmens attendent les visiteurs curieux...
Pour en savoir plus sur les différents monuments de l'île et pour une bibliographie complète, consultez le Guide de l'île d'Oléron, aux Editions du LOCAL.

CITADELLE DU CHATEAU
CHÂTEAU DE BONNEMIE

C'est d'avion que l'on appréhende le mieux la forme en étoile de la citadelle du Château.
C'est à Pierre d'Argencourt que l'on doit les plans de cet ouvrage voulu par Richelieu. Vauban améliora en le prolongeant le système de défense de la forteresse.
La ville fut construite sur un plan en damier, avec deux portes. La citadelle servit surtout de prison avant d'être bombardée par les Alliés en 1945. Restaurée peu à peu, elle abrite aujourd'hui expositions, concerts et festival du conte.
C'est en 1096 que l'on trouve mentionnée pour la première fois la seigneurie de Bonnemie, une des plus importantes de l'île.
Le château fut la propriété de la même famille pendant 350 ans et resta toujours fidèle aux Rois catholiques de France. La Révolution marqua la fin de son histoire.
Racheté en 1981 par la commune de Saint-Pierre, le château de Bonnemie offre aujourd'hui un parc agréable, une salle polyvalente et abrite de nombreuses expositions.
ÉGLISE DE SAINT-GEORGES
FORT BOYARD
Monument le plus remarquable de l'île, l'église primitive de Saint-Georges, fortifiée contre les invasions des pirates, date du XIe siècle.
Agrandie au XIIe grâce à Aliénor d'Aquitaine, l'église fut malmenée et pillée pendant la guerre de 100 ans. Détruite par les huguenots en 1568, elle fut rénovée et agrandie en 1606.
Rendue au culte en 1800, l'église a été entièrement restaurée en 1968.
Construit sur le banc de sable du même nom, le chantier du fort Boyard fut très difficile, au point que la construction fut abandonné jusqu'en 1842.
Finalement, le fort fut achevé en 1866. Mais alors qu'à sa construction il était considéré comme un précurseur des fortifications modernes, une fois achevé il ne servait plus à rien.
A tel point qu'après avoir servi de prison, il fut abandonné et déclassé, jusqu'à ce qu'une émission de télévision lui donne une seconde chance.
LANTERNE DES MORTS
MOULIN DE LA BRÉE
La signification exacte d'un tel monument n'est pas définitivement admise.
Celle de Saint-Pierre, avec ses 25 m de haut, est la plus haute de France. Édifice gothique de la fin du XIIe, le lanternon auquel on accède par un escalier intérieur abritait un feu rendant hommage aux morts, et servant de point de repère pour les voyageurs.

L'île d'Oléron a compté jusqu'au siècle dernier plus de 120 moulins à vent.
Le progrès les a presque tous fait disparaître, et celui de la Brée, de type anglais, un des plus anciens de l'île, est un des derniers vestiges de cette époque. Il n'a plus d'ailes, mais il a toujours sa calotte pivotante que l'on tournait en fonction du vent.
PHARE DE CHASSIRON
PONT D'OLÉRON

Le trafic maritime devenu important au XVIIe siècle exigeait d'augmenter la sécurité et le balisage du pertuis.
La première tour de 27 m, terminée en 1685, ne dispensait qu'un maigre feu plutôt aléatoire. C'est en décembre 1836 que le nouveau phare fut mis en service.
Sa tour noire et blanche d'une hauteur de 50 m se voit jusqu'à 35 km de jour et son feu à 52 km par nuit claire.
Ouvert à l'année 7jours/7.
Du 1er juillet au 31 août de 10h à 20h.

Du 1er au 30/09 et du 1/04 au 30/06 de 10h à 12h15
et de 14h à 19h
Du 1/10 au 31 mars, de 10h à 12h15 et de 14h à 17h.

C'est à partir du XIXe siècle, que les liaisons entre l'île d'Oléron et le continent furent assurées de façon régulière, grâce aux bateaux à vapeur.
A partir du milieu du XXe siècle, des bacs assurèrent le transport des passagers et des véhicules, jusqu'à la mise en service du pont en 1966, après deux ans de chantier.
Le pont d'Oléron fut le premier de ce genre en Charente-Maritime. D'une largeur de 10,92 m sur 3027 m, il est soutenu par 45 piles de béton.