L'architecture traditionnelle
L'architecture traditionnelle de l'île d'Oléron est essentiellement paysanne, utilisant les matériaux présents sur place, et adaptée aux conditions de vie des oléronais.
Ainsi, les maisons sont basses pour ne pas être trop exposées au vent, et même le tracé des rues tient compte de ce paramètre (ceci est particulièrement visible dans le village de Chaucre).

Les moellons des murs proviennent des carrières ou des côtes toutes proches, les pierres dépassantes permettent de rigidifier les murs, le "chaumant", mélange de sable et de chaux, recouvre les façades pour protéger les pierres de l'eau et du gel. Chaque printemps, les façades sont badigeonnées au lait de chaux et les bas des murs recouverts d'une couche de "coaltar" noir.

Les toitures sont en tuiles romaines, leur forme conique permet un parfait emboîtement, mais impose des toits à faible pente (20% maximum). Avant 1900, les bois et les forêts étant rares en Oléron, les charpentes sont réduites à leur plus simple expression, les dimensions des poutres, qui peuvent être des mats de navires échoués, vont déterminer les espacements entre deux pignons.

Quelques éléments sont typiques de l'architecture oléronaises et on peut encore les apercevoir dans les villages oléronais :

- Cours d'eau et sources étant absents d'Oléron, les puits construits au milieu du village étaient essentiels à la vie de l'île.
- Les escaliers extérieurs permettaient de donner accès au seul étage, non habité mais qui permettait de stocker les récoltes et d'assurer en même temps un isolement thermique.
- Quant au chai, c'est la culture de la vigne et la mise en fûts du vin qui imposèrent sa construction. Près de l'habitation, il jouait aussi le rôle de cellier.
- Enfin, la perche à poisson, située sur la façade des maisons, servait à faire sécher le poisson, et pouvait atteindre 10 à 15 mètres de haut (ce qui le mettait notamment à l'abri des mouches).

UN ÉLÉMENT PARTICULIER : L'ARCHITECTURE BALNÉAIRE

Née à la fin du XIXème siècle, cette architecture balnéaire est visible en Oléron à St-Georges et St-Trojan, villes pionnières du tourisme, qui y prit son essor avant même les premiers congés payés de 1936.

C'est surtout sur le boulevard de la Plage à St-Trojan, que l'on peut voir les plus belles villas édifiées dans ce style.

Dès 1950, avec le mouvement moderne,la villa balnéaire cède la place aux maisons de vacances, inspirée de l'habitat traditionnel oléronais, ou "pavillon passe-partout".


De nombreux villages oléronais ont gardé des éléments du patrimoine architectural traditionnel oléronais :
Petit-Village (Grand-Village), Trillou (Dolus), la Bordelinière (Château), le Colombier (la Cotinière) la Chefmalière (St-Pierre) la Gibertière, Chaucre (St-Georges), les Boulassiers (La Brée), la Gautrie et Chassiron (St-Denis).
Le musée de la Maison paysanne, à Grand-Village reproduit à l'identique une maison typique d'Oléron, avec des objets et des outils traditionnels qui permettent d'appréhender la vie d'autrefois à Oléron.

Enfin, la charte architecturale de l'île d'Oléron a été mise en place pour que les constructions neuves et la rénovation respectent un certain cahier des charges, qui reprend les éléments de base de l'architecture locale.
Des subventions ont été aussi mises en place pour encourager les initiatives de réhabilitation de l'habitat.

Si vous êtes intéressés par l'architecture oléronaise, vous pouvez consulter les ouvrages édités par le LOCAL notamment les Cahiers d'Oléron n°15 et le Guide de découverte d'Oléron. LOCAL : 05 46 47 16 01 - BP 84 17310 St-Pierre d'Oléron.
haut de page - retour page architecture - Sommaire